L’informatique utilise des courants électriques, des aimantations, des rayons de lumière...

Chacun de ces phénomènes met en jeu deux états possibles. :

  • Tension nulle ou tension non nulle (5V par ex),
  • Aimantation dans un sens ou dans l’autre sens,
  • Lumière ou pas de lumière.

Il suffit de deux chiffres pour traduire ces états : c’est la numération binaire qui utilise les chiffres 0 et 1.

Une telle valeur, 0 ou 1, s’appelle un booléen, un chiffre binaire ou encore un bit (binary digit). Une suite de bits, par exemple 0000110100 , est appelé un mot.

L'écriture du nombre (1110)2  se traduit par 1110 = 1x23+1x22+1x21+0x20=8+4+2+0=(14)10, on dit que 1110 est la représentation en base 2 de 14.

Voici le schéma d'une mémoire à n+1 bits.

Les cases du schéma représentent les bits, le chiffre marqué en-dessous d'une case indique la puissance de 2 à laquelle est associé ce bit (on dit aussi rang du bit).

  • Le bit de rang 0 est appelé le bit de poids faible.
  • Le bit de rang n est appelé le bit de poids fort.

 

Fiche TP-Cours (lycée Boissy d’Anglas  d’Annonay) : TP-codage-nombres

Free Joomla! template by L.THEME